Prepare yourself, mobilmageddon is coming !

site responsive compatible mobile

En février 2015, Google a annoncé qu’il allait modifier son algorithme (la manière dont il traite les sites internet et affiche les résultats d’une recherche) pour prendre en compte la compatibilité mobile d’un site internet : cette modification, c’est aujourd’hui, mardi 21 avril 2015.

On en a déjà parlé ici, un site compatible mobile, responsive donc (taille de police adaptée, navigation adaptée aux plus petits écrans…), est aujourd’hui une condition indispensable pour le développement de votre entreprise sur internet. Une majorité du trafic provenant des mobiles et tablettes (dont la vente a explosé ces dernières années) et la décision de Google de prendre en compte cette compatibilité est alors tout à fait normale et même souhaitable.

Le terme mobilemageddon vient du fait que malheureusement de nombreux sites ne sont pas encore compatibles mobiles, du coup de nombreux dirigeants, webmaster et acteurs du monde connecté redoutent un déclassement de leur site dans le moteur de recherche. Si cela peut vous « rassurer » la mise à jour de l’algorithme ne concerne que les versions mobiles de Google (site et application). Ce que vous pouvez redouter est simple : au lieu d’avoir un site moyennement visible sur mobile (car non compatible), vous allez avoir un site encore moins visible sur ces mêmes support…

La solution est simple, demandez à Ornitorinc un audit de votre site ou de le rendre directement compatible mobile et tablette !

Entreprises et réseaux sociaux : comment les utiliser ?

utilisation-reseaux-sociaux-entreprise

L’une des choses que j’ai apprises lorsque j’ai réalisé mon mémoire sur les blogs d’entreprises il y a quelques années, c’est qu’il faut absolument rester authentique et proposer un contenu original lorsque l’on parle à ses clients / prospects.
Si aujourd’hui les blogs d’entreprises sont un peu moins en vogue du fait de l’explosion de Facebook, Twitter ou Google +, cette ligne de conduite reste toujours valable.

La question de l’utilité / utilisation de Facebook se pose également pour les autres réseaux sociaux et la réponse peut parfois être simple :

  1. Avez-vous une expérience avérée de ces supports ?
  2. Disposez-vous du temps nécessaire pour alimenter ces réseaux ?
  3. Pouvez-vous proposer un contenu varié et original ?
  4. Votre cible correspond-elle au support utilisé ?
  5. L’utilisation de ces médias sert-elle un objectif particulier? (SEO, assoir son expertise…)

Si vous avez obtenu une majorité de « non » je vous conseille d’y réfléchir à 2 fois avant de vous lancer ! Pourquoi ces questions ? Parce qu’elles ont des réponses bien sûr !

Avez-vous une expérience avérée de ces supports ?

Vous lancer sans connaître le mode de fonctionnement de ces réseaux est risqué : erreurs techniques, création d’un profil au lieu d’une page, mauvaises réponses ou pire pas de réponses aux messages sur votre mur…
Autant d’écueils qu’il faut éviter si l’on souhaite réussir sur les réseaux sociaux.

Disposez-vous du temps nécessaire pour alimenter ces réseaux ?

S’occuper d’une page Facebook prend du temps. Si il existe des community manager ce n’est pas parce que ça fait « hype », c’est parce que c’est utile. Publier de nouveaux statuts, partager des articles, répondre aux fans, ajouter des photos de l’entreprise, organiser des jeux-concours, .etc. sont autant de facettes du métier qui demandent de l’investissement.
En plus de votre activité quotidienne êtes-vous sûr de pouvoir consacrer au moins 2h par semaine minimum à ces réseaux sociaux ?

Pouvez-vous proposer un contenu varié et original ?

Tout comme sur un site internet traditionnel, sur les réseaux sociaux « content is king », le contenu est roi (le crédeau du SEO manager :). L’originalité et la fréquence de publication sont les 2 critères à prendre en compte lorsque vous allez alimenter votre page / profil.
Oubliez les copiers-collers d’articles trouvés sur internet, rédigez vous même vos contenus : cela renforce votre image d’expert et vous proposerez des articles beaucoup plus originaux.
Pour les agences immobilières, ne partagez pas sans arrêt les derniers biens dont vous venez d’obtenir le mandat, variez le plus possible vos publications en essayant de ne pas noyer vos lecteurs : 1 post / jour maximum.

Votre cible correspond-elle au support utilisé ?

La question de la cible peut être de trop je vous l’accorde, mais l’identifier clairement vous permettra de savoir quoi publier et à qui.

Le saviez-vous?
Facebook a mis en place il y a quelques temps une option de ciblage. Lorsque vous publiez un statut, vous pouvez choisir qui le verra, il suffit de cliquer sur l’icône en forme de cible et de sélectionner des critères. De cette manière vous évitez d’importuner tous vos lecteurs et pourrez même multiplier les publications.

L’utilisation de ces médias sert-elle un objectif particulier?

Avant de vous lancer sur les réseaux sociaux avez-vous établi une stratégie précise ou avez-vous tout simplement suivi le mouvement ? Si vous êtes dans le 2ème cas, bon courage !
Si vous avez un contenu intéressant, vos lecteurs le partageront, attirant ainsi de nouveaux internautes vers votre page Facebook ou votre site internet : dans tous les cas votre audience augmentera.
Un bon contenu permettra également à votre page Facebook d’obtenir un meilleur classement, tout comme votre site internet, vous vous positionnez sur des mots clés, l’algorithme de Facebook détecte ces mots clés et classe votre page.
Le nombre de « J’aime », de partages, de publications… détermineront la manière dont votre page apparaîtra dans les résultats des moteurs de recherche.

Globalement l’utilisation des réseaux sociaux par une entreprise répond ces objectifs :

  • développer son audience / sa communauté,
  • prouver son expertise et son savoir-faire,
  • améliorer le référencement,
  • profiter du bouche à oreille de ces réseaux,
  • promouvoir ses actions services (jeux-concours…)

Quel que soit votre domaine d’activité il faut réfléchir à tous ces points afin d’éviter de perdre du temps dans le meilleur des cas ou au pire, de ruiner sa e-réputation !